jeudi 14 avril 2016

La poésie du jeudi

Modalités en cliquant sur l'image


Edition de 1935
Librairie Hachette

Une tirade de Sabine, femme d'Horace à Julie sa confidente.
Scène première - acte 1

Approuvez ma foiblesse, et souffrez ma douleur :
Elle n'est que trop juste en un si grand malheur :
Si près de voir sur soi fondre de tels orages,
L'ébranlement sied bien aux plus fermes courages ;
Et l'esprit le plus mâle et le moins abattu
Ne sauroit sans désordre exercer sa vertu.
Quoique le mien s'étonne à ces rudes alarmes, 
Le trouble de mon coeur ne peut rien sans mes larmes,
Et parmi les soupirs qu'il pousse vers les cieux,
Ma constance du moins règne encor sur mes yeux.
Quand on arrête là les déplaisirs d'une âme,
Si l'on fait moins qu'un homme, on fait plus qu'une femme.
Commander à ses pleurs en cette extrémité,
C'est montrer, pour le sexe, assez de fermeté.

Extrait tiré de la tragédie de Corneille : Horace (1640)

Violette DM le 14 avril de l'an 2016

9 commentaires:

  1. C'est du Corneille ! Mais quel sexisme sous-jacent ! Allez on lui pardonne, vu l'époque... ;)

    RépondreSupprimer
  2. "Le trouble de mon cœur ne peut rien sans mes larmes" , la puissance du verbe de Corneille vaut tout les sourires !

    RépondreSupprimer
  3. Jolie tirade avec une légère faute de frappe dans le dernier vers : "c'est montrer pour le sexe assez de fermeté" le goût serait il un lapsus ?-)

    RépondreSupprimer
  4. ho un connaisseur qui corrige ta tirade-
    je ne suis pas fan , mais c'est du "grand " sur -

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis un peu à l'ouest en ce moment. Pas grave, il suffit de corriger.

      Supprimer
  5. Un grand maître que j'ai peu lu, des vers par-ci, par-là.
    Bonne journée
    Bises

    RépondreSupprimer