mardi 20 mars 2018

Le fantôme de Louise Ackermann


Le fantôme (1871) 
de : Louise Ackermann (1813-1890)



D'un souffle printanier l'air tout à coup s'embaume.
Dans notre obscur lointain un spectre s'est dressé,
Et nous reconnaissons notre propre fantôme
Dans cette ombre qui sort des brumes du passé.

Nous le suivons de loin, entraînés par un charme
À travers les débris, à travers les détours,
Retrouvant un sourire et souvent une larme
Sur ce chemin semé de rêves et d'amours.

Par quels champs oubliés et déjà voilés d'ombre
Cette poursuite vaine un moment nous conduit !
Vers plus d'un mont désert, dans plus d'un vallon sombre,
Le fantôme léger nous égare après lui.

Les souvenirs dormants de la jeunesse éteinte
S'éveillent sous ses pas d'un sommeil calme et doux ;
Ils murmurent ensemble ou leur chant ou leur plainte,
Dont les échos mourants arrivent jusqu'à nous.

Et ces accents connus nous émeuvent encore.
Mais à nos yeux bientôt la vision décroît ;
Comme l'ombre d'Hamlet qui fuit et s'évapore,
Le spectre disparaît en criant : Souviens-toi !



Violette DM le 20 mars 2018

Pour Lady Marianne


12 commentaires:

  1. merci pour ta participation !
    je ne connaissais pas cette poétesse ! double bravo une femme !
    gros bisous-

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Violette,
    Un beau poème avec une artiste que je découvre.
    Bonne journée
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas non plus. J'ai trouvé le poème approprié alors je m'en suis servi
      Gros bisous

      Supprimer
  3. Souvenirs quand tu nous tiens. Très beau poème...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le thème demandé. Merci de ta visite.
      Bisous

      Supprimer
  4. Ah les souvenirs!!...un très beau poème.
    Bonne semaine

    RépondreSupprimer
  5. Je découvre ce poème, une tres belle façon d'évoquer le passé .

    RépondreSupprimer