lundi 13 août 2018

La plume errante 20


Un jour, un stylo, un cahier
Pour une écriture cachée
Pas d'indiscrétion de clavier
Les sentiments sont préservés

Les émotions ont libre cour
sans avis néfaste des vautours
qui à grand renfort de tambour
s'efforcent de jouer un mauvais tour

Alors en ce treizième jour d'août
Je refuse de participer aux joutes
 Ne pédale pas dans la choucroute
et mets les tracas dans la soute

Le 13 août 2018

samedi 11 août 2018

Abécédaire photos le P dans le titre

Portrait de Benson


Chien Particulier
Particulier pour son maître
Maître qui a souffert
Souffert de l'absence
Absence prématurée
Prématurée par la maladie
Maladie tumeur de son chien.

Pour

Violette WR le 11 août 2018

Participations
Lady Marianne

vendredi 10 août 2018

La plume errante 19


Le plume court sur le papier,
Délaisse souvent le clavier,
Pourtant passent les jours
et les événements en cours.
Lasse peu à peu de tous les jeux
car de la Dame fatigue les yeux.
De leur lassitude commune
serpentent quelques lacunes
qui engendrent des rancunes.
Pourquoi ne pas comprendre
l'envie de ne plus entreprendre
quand la santé en soi oblige ?
La vie réelle émerge du virtuel
alors au ralenti la voltige!

le 10 août 2018


samedi 4 août 2018

Abécédaire avec le o dans le titre de la photo


Ondes espagnoles à Cadaquès
Cadaquès, une virée en bateau
bateau d'où le paysage est différent
Différent parfois sous la brume
brume lors d'un voyage sur les ondes.



Pour
Merci de vos participations :

JAZZY


lundi 30 juillet 2018

La viellesse : entre septante et nonante

C’est entre septante et nonante
Qu’on voudrait prendre la tangente
Refaire des galipettes encore
Et tourner le dos à son sort.
C’est entre septante et nonante
Qu’on aime écouter les histoires
Tout en sachant qu’on est la poire
Des jolis rêves qui vous hantent.
C’est entre septante et nonante
Qu’on s’accroche d’une griffe affaiblie
Aux années qui n’ont plus de prix
Quand on voit le bas de la pente.
C’est entre septante et nonante
Qu’on tient le plus à ses pénates.
De l’asile pourvu qu’on vous exempte
Avant la dernière mise en boîte.
Allez les septante les nonante !
Cessez donc de broyer du noir
Car aujourd’hui l’âge vient tard
Vous êtes jeunets et les ans mentent.
Allez les septante les nonante !
Gaiement faites faire la culbute
L’amour ne vous a pas dit zut
Et soyez de ceux qui enchantent.
Allez les septante les nonante !
Faites honneur aux cochonnailles
Et empiffrez-vous aux ripailles
Et reprenez de ce qui tente.
Allez les septante les nonante !
N’avez point dit le dernier mot
Et si l’on vous prend pour des sots
Vous leur ferez voir qu’à nonante…
Allez les septante les nonante !
Allez les septante les… !
Allez les sep… !
Allez… !
Ahhh…
Fin.
Esther Granek, Portraits et chansons sans retouches, 1976

Pour Mardi poésie géré par Lady Marianne

dimanche 29 juillet 2018

Biographie 7 Modigliani

Amedeo-modigliani-identification-photo-nice-1918.jpg

Amedeo Clemente MODIGLIANI
Né le 12 juillet 1884 à Livourne en Toscane, Royaume d'Italie
Décédé le 24 janvier 1920 à Paris

Très lié à son grand-père, Isaac Garsin grand érudit, il étudie l'art et la philosophie. Flaminio, le père est très souvent en voyage.

1894
Mort d'Isaac Garsin

1895
Amedeo souffre d'une grave pleurésie pendant qu'il poursuit ses études à Livourne.

1898
Il retombe malade : fièvre typhoïde et complications pulmonaires.
Il commence cependant des leçons de dessin chez le peintre Guglielmo Micheli dans l'atelier duquel il se lie avec Oscar Guiglia qui restera un ami très proche.

1899
Il se consacre entièrement à la peinture.

1900
Nouvelle crise de pleurésie et il contracte la tuberculose.

1902
Il séjourne à Rome et fait des copies dans les musées et à Florence il suit des cours d'une académie du Nu. Il s'initie aussi à la sculpure près de Carrare.

1903
Il vit à Venise et fréquente l'Institut des Beaux-Arts financé par son oncle Amédée Garsin. Il lui promet de l'aider à Paris mais meurt subitement. Il ira à Paris avec l'aide de sa mère en 1905.

1906
Il expose trois tableaux dans la galerie de la rue des Saints-Pères. Dès cette période, l'alcool et la drogue lui tiennent compagnie.

1915
il réalise de nombreux tableaux mais sa santé se dégrade, l'alcool le rend violent. Ses liaisons féminines se multiplient.

1919
Une exposition à Londres fut un grand succès.
Femme nue
1916
Huile sur toile
92.4 x 59.8 cm
Courtauld Galery
Londres

1920
Le 22 janvier il est transporté à l'Hôpital de la Charité où il meurt deux jours plus tard d'une méningite tuberculeuse. Le 27 janvier il est enterré au cimetière du Père-Lachaise entouré de ses amis artistes de Montparnasse et de Montmartre.

Tiré du livre de Sylvie Girard-Lagorce : Modigliani le nu réinventé

Violette WR
Le 29 juillet 2018

samedi 28 juillet 2018

Abécédaire avec le N dans le titre de la photo

Pour vous faciliter le jeu, prenez une photo au sujet divers à condition que le titre commence par la lettre N et que la photo vous appartienne.
*
Neige sur Brie Comte Robert



Brie Comte Robert
Entré dans le passé
Une existence d'hier
Mais non oubliée

Pour 
 Violette le 29 juillet 2018

Merci de vos commentaires

JAZZY
LADY MARIANNE