lundi 13 août 2018

La plume errante 20


Un jour, un stylo, un cahier
Pour une écriture cachée
Pas d'indiscrétion de clavier
Les sentiments sont préservés

Les émotions ont libre cour
sans avis néfaste des vautours
qui à grand renfort de tambour
s'efforcent de jouer un mauvais tour

Alors en ce treizième jour d'août
Je refuse de participer aux joutes
 Ne pédale pas dans la choucroute
et mets les tracas dans la soute

Le 13 août 2018

samedi 11 août 2018

Abécédaire photos le P dans le titre

Portrait de Benson


Chien Particulier
Particulier pour son maître
Maître qui a souffert
Souffert de l'absence
Absence prématurée
Prématurée par la maladie
Maladie tumeur de son chien.

Pour

Violette WR le 11 août 2018

Participations
Lady Marianne

vendredi 10 août 2018

La plume errante 19


Le plume court sur le papier,
Délaisse souvent le clavier,
Pourtant passent les jours
et les événements en cours.
Lasse peu à peu de tous les jeux
car de la Dame fatigue les yeux.
De leur lassitude commune
serpentent quelques lacunes
qui engendrent des rancunes.
Pourquoi ne pas comprendre
l'envie de ne plus entreprendre
quand la santé en soi oblige ?
La vie réelle émerge du virtuel
alors au ralenti la voltige!

le 10 août 2018


samedi 4 août 2018

Abécédaire avec le o dans le titre de la photo


Ondes espagnoles à Cadaquès
Cadaquès, une virée en bateau
bateau d'où le paysage est différent
Différent parfois sous la brume
brume lors d'un voyage sur les ondes.



Pour
Merci de vos participations :

JAZZY


lundi 30 juillet 2018

La viellesse : entre septante et nonante

C’est entre septante et nonante
Qu’on voudrait prendre la tangente
Refaire des galipettes encore
Et tourner le dos à son sort.
C’est entre septante et nonante
Qu’on aime écouter les histoires
Tout en sachant qu’on est la poire
Des jolis rêves qui vous hantent.
C’est entre septante et nonante
Qu’on s’accroche d’une griffe affaiblie
Aux années qui n’ont plus de prix
Quand on voit le bas de la pente.
C’est entre septante et nonante
Qu’on tient le plus à ses pénates.
De l’asile pourvu qu’on vous exempte
Avant la dernière mise en boîte.
Allez les septante les nonante !
Cessez donc de broyer du noir
Car aujourd’hui l’âge vient tard
Vous êtes jeunets et les ans mentent.
Allez les septante les nonante !
Gaiement faites faire la culbute
L’amour ne vous a pas dit zut
Et soyez de ceux qui enchantent.
Allez les septante les nonante !
Faites honneur aux cochonnailles
Et empiffrez-vous aux ripailles
Et reprenez de ce qui tente.
Allez les septante les nonante !
N’avez point dit le dernier mot
Et si l’on vous prend pour des sots
Vous leur ferez voir qu’à nonante…
Allez les septante les nonante !
Allez les septante les… !
Allez les sep… !
Allez… !
Ahhh…
Fin.
Esther Granek, Portraits et chansons sans retouches, 1976

Pour Mardi poésie géré par Lady Marianne

dimanche 29 juillet 2018

Biographie 7 Modigliani

Amedeo-modigliani-identification-photo-nice-1918.jpg

Amedeo Clemente MODIGLIANI
Né le 12 juillet 1884 à Livourne en Toscane, Royaume d'Italie
Décédé le 24 janvier 1920 à Paris

Très lié à son grand-père, Isaac Garsin grand érudit, il étudie l'art et la philosophie. Flaminio, le père est très souvent en voyage.

1894
Mort d'Isaac Garsin

1895
Amedeo souffre d'une grave pleurésie pendant qu'il poursuit ses études à Livourne.

1898
Il retombe malade : fièvre typhoïde et complications pulmonaires.
Il commence cependant des leçons de dessin chez le peintre Guglielmo Micheli dans l'atelier duquel il se lie avec Oscar Guiglia qui restera un ami très proche.

1899
Il se consacre entièrement à la peinture.

1900
Nouvelle crise de pleurésie et il contracte la tuberculose.

1902
Il séjourne à Rome et fait des copies dans les musées et à Florence il suit des cours d'une académie du Nu. Il s'initie aussi à la sculpure près de Carrare.

1903
Il vit à Venise et fréquente l'Institut des Beaux-Arts financé par son oncle Amédée Garsin. Il lui promet de l'aider à Paris mais meurt subitement. Il ira à Paris avec l'aide de sa mère en 1905.

1906
Il expose trois tableaux dans la galerie de la rue des Saints-Pères. Dès cette période, l'alcool et la drogue lui tiennent compagnie.

1915
il réalise de nombreux tableaux mais sa santé se dégrade, l'alcool le rend violent. Ses liaisons féminines se multiplient.

1919
Une exposition à Londres fut un grand succès.
Femme nue
1916
Huile sur toile
92.4 x 59.8 cm
Courtauld Galery
Londres

1920
Le 22 janvier il est transporté à l'Hôpital de la Charité où il meurt deux jours plus tard d'une méningite tuberculeuse. Le 27 janvier il est enterré au cimetière du Père-Lachaise entouré de ses amis artistes de Montparnasse et de Montmartre.

Tiré du livre de Sylvie Girard-Lagorce : Modigliani le nu réinventé

Violette WR
Le 29 juillet 2018

samedi 28 juillet 2018

Abécédaire avec le N dans le titre de la photo

Pour vous faciliter le jeu, prenez une photo au sujet divers à condition que le titre commence par la lettre N et que la photo vous appartienne.
*
Neige sur Brie Comte Robert



Brie Comte Robert
Entré dans le passé
Une existence d'hier
Mais non oubliée

Pour 
 Violette le 29 juillet 2018

Merci de vos commentaires

JAZZY
LADY MARIANNE

mardi 24 juillet 2018

Charles Beaudelaire

Charles Beaudelaire

Bizarre déitébrune comme les nuits
Au
 parfum mélangé de musc et de havane
Œuvre
 de quelque obi, le Faust de la savane
Sorcière
 au flanc d'ébèneenfant des noirs minuits

Je
 préfère au constance, à l'opium, au nuits
L
'élixir de ta bouche où l'amour se pavane ; 
Quand
 vers toi mes désirs partent en caravane
Tes
 yeux sont la citerne où boivent mes ennuis

Par
 ces deux grands yeux noirssoupiraux de ton âme, 
Ô
 démon sans pitié ! Verse-moi moins de flamme ; 
Je
 ne suis pas le Styx pour t'embrasser neuf fois, 

Hélas
 ! Et je ne puis, mégère libertine
Pour
 briser ton courage et te mettre aux abois
Dans
 l'enfer de ton lit devenir Proserpine ! 



Violette
Le 24 juillet 2018

pour

samedi 21 juillet 2018

Abécédaire avec le M dans le titre de la photo

Avec la lettre M

Monument commémoratif

          Pour les cinquante ans d'existence de Port-Leucate, je suis triste de ces inscriptions noires sur un fond de marbre gris anthracite. L'image du Général de Gaulle est presque invisible autant que les phrases accompagnant ce portrait. Ils m'ont planté là, sur le sable au milieu de nulle part! Ce n'est pas très glorieux. Je ne féliciterai donc pas l'artiste qui m'a mis en si illisible position.

Violette WR
Le 21 juillet 2018

Merci de vos commentaires et participations
JAZZY
LADY MARIANNE
COVIX

Pour vous faciliter le jeu, prenez une photo au sujet divers à condition que le titre commence par la lettre N la semaine prochaine et que la photo vous appartienne.

mardi 17 juillet 2018

Biographie 6 Paul Cézanne

Paul CEZANNE

Né le 19 janvier 1839 à Aix-en-Provence
Décédé le 23 octobre  1906

1852
Après avoir passé deux ans à l'Ecole Ctholique Saint-Joseph, il se lie d'amitié avec Henri Gasquet.
Il entre au collège Bourbon où, brillant élève, il devient ami avec Emile Zola et Baptiste Baille.

1857
Il s'inscrit à l'école gratuite de dessin à Aix.

1858
Reçu au rattrapage du Bac ès lettres avec la mention assez bien, il s'inscrit à la faculté de droit d'Aix.

1859
Il reçoit le second prix de peinture de l'Ecole de dessin gratuite d'Aix.

1860-1861
Il arrive à Parie en 1861 ou il retrouve Zola et fait la connaissance de Camille Pissaro à l'académie suisse. Après son échec au concours d'entrée à l'Ecole des Beaux Arts, il rentre à Aix.
Résultat de recherche d'images pour "paul alexis lisant un manuscrit d'emile zola cezanne"
1869-1870
Huile sur toile
130 x 160 cm
Sao-Paulo
Musée de Arte


1862-1868
Il travaille un temps dans la banque paternelle tout en se réinscrivant à l'école gratuite de dessin. Début novembre 1862 il revient à Paris où il reste jusqu'en juillet 1864. Il se réinscrit à l'académie suisse, fait la connaissance de Bazile, Renoir, Manet et Monet fréquente Le Louvre et le Musée du Luxembourg.

1869
Il rencontre Hortense Piquet qui devient sa compagne et mère de son fils Paul. Il cache cette liaison à son père.

1870-1871
Considéré comme déserteur, il vit entre Aix et l'Estaque où il s'est réfugié loin de la guerre frano-prussienne et de la Commune. A Paris il s'installe 45 rue  Jussieu.

1872 - 1873
Naissance de son fils Paul le 4 janvier 1872.
Il commence à peindre avec Pissaro à Pontoise et Auvers sur Oise
où il s'installe avec sa famille.

1874
Il participe à la première exposition impressionniste avec trois toiles.

1875
Renoir  lui présente Victor Chocquet qui devient son premier mécène.
Il brosse plusieurs fantaisies érotique dans lesquelles il met en scèned des corps nus dans la tradition de Veronèse, Rubens ou Delacroix.

L'Après midi à Naples
ApresMidiANaples-PunchAuRhum_K453.jpg

Huile sur toile
37 x 45 cm
Canberra 
National Gallery of Australia

1877
il expose 16 oeuvres à la troisième exposition impressionniste. Il ne participera plus aux suivantes. Il demeure une partie de l'année à Paris. Il y rencontre les Goncourt, Verlaine, Mallarmé et travaille à Pontoise.

1979
A partir d'avril, il s'installe à Melun.

1880
Ilquitte Melun et s'installe 32, rue de l'Oust à Paris.

1881
Il s'installe avec sa famille à Pontoise. Il peint avec Pissarro chez qui il fait la connaissance de Gauguin.

1883
Il passe la plupart de son temps dans le Midi chez le père Tanguy, marchand de couleurs où il dépose des tableaux.Gauguin, Renoir et Signac achètent ses oeuvres.

1886
En mars la pub lication de L'Oeuvre par Zola, provoque leur rupture. Le 28 avril, il épouse Hortense et légitime son fils. Le 23 octobre, le père de Cézanne meurt  et lui laisse un important héritage. Il s'installe alors au Jas de Bouffan avec sa mère.

1889 -189
Cezanne commence à être exposé. Il commence à souffrir du diabète et devient irritable.

1895
Première exposition des oeuvres de Cezanne organisée par Vollard.

1897
Décès de la mère de Cézanne

1898
Du 9 mai au 10 juin, il expose 60 tableaux au 31 rue Ballu, nouvelle résidence de Cézanne. La cote de ses toiles commencent à monter.

1901
Les expositions se multiplient en France et à l'étranger.

Le 29 septembre il apprend la mort de Zola.

1903
Présentation de plusieurs de à la Sécession à Vienne et à Berlin. ses oeuvres. 13 novembre, décès de Pissarro. 

1904
Lors de la 2ème édition du Salon de l'Automne au Grand Palais, une salle entière est consacrée à Cézanne.

1906
Le 15 octobre il envoie son fils lui acheter deux douzaines de pinceaux. Il est pris d'un malaise alors qu'il peint pendant deux heures sous la pluie. Il est ramené chez sur la charrette d'un blanchisseuse. Il retourne cependant à son atelier le lendemain.
23 octobre, décès de Cézanne à son domicile. Les obsèques ont lieu le lendemain à la cathédrale Saint-Sauveur

1907
Importante rétrospective Cézanne au Salon d'Automne au Grand Palais.

D'après le livre d'art  de Françoise Bayle
Image Internet

Violette WR
Le 17 juillet 2018

Amoureuse au secret de Paul Eluard


Amoureuse au secret derrière ton sourire
Toute
 nue les mots d’amour
Découvrent
 tes seins et ton cou
Et
 tes paupières
Découvrent
 toutes les caresses
Pour
 que les baisers dans tes yeux
Ne
 montrent que toi toute entière.

(Paul Eluard)

Violette WR 
le 17 juillet 2018

pour 

samedi 14 juillet 2018

Abécédaire avec L dans le titre de la photo

   

Avec la lettre L
Photo 28 août 2013

Lointaine Porte Serpenoise

Et si tu racontais mes rendez-vous clandestins sous ta voûte le soir après les cours ? Les baisers échangés et les promesses n'ont pas de secret pour toi! Peut-être en ai-je oublié certains mais toi tu t'en rappelles! En te regardant je revois Gaston et sa moto rouge.... Je ne vais pas tous les énumérer!

Violette WR le 14 juillet 2018

Pour la prochaine photo ce sera le 21 juillet et M dans le titre

Merci de vos participations

Lady Marianne

JAZZY

mardi 10 juillet 2018

Mardi poésie : Le bal du 14 juillet

Le bal du 14 Juillet

Ce soir, un bal sera donné,
Je ne pourrais y aller,
Mais je vais en rêver
Et ce sera comme si j’y étais.

Je t’attendrais sur ce pont,
Décoré pour l’occasion
De rubans de papiers
Et de bannières colorées.

Je porterais une jolie robe pour l’occasion,
C’est quand même la fête de ta nation,
Une date, quand un pays a retrouvé sa liberté
Doit comme il se faut être fêtée.

Ce soir dans mes rêves, je vais danser
Et je me réjouis que tu sois mon cavalier,
Je te donne rendez-vous sur le pont
Pour le bal de ce 14 juillet aux lampions.


M.H.

Poème trouvé sur Internet.
Je n'ai que les initiales et ce lien

Violette WE le 10 juillet 2018
pour
géré par Lady Marianne

lundi 9 juillet 2018

Biographie 5 HOKUSAÏ

Hokusai portrait.jpg

Hokusaï né le 31 octobre 1760 à Edo
Décédé le 10 mai 1849 à Edo
Peintre - graveur


1763/1773 : à l'âge de trois ans il est adopté par un oncle fabricant de miroirs pour la cour du Shogun.

1775/1777 : Il entre dans un atelier de xylographie, où il apprend la gravure sur bois.

1778/1792 : Il abandonne son métier de graveur et travaille dans l'atelier du grand maître de l'estampe KatsuKawa Sunsho. Il produit des estampes bon marché sous le nom de Shunro (portraits d'acteurs, de guerriers et de sumotoris) et illustre des romans populaires. Il quitte l'atelier en 1792 à la mort du maître.

1792/1794 : Période de grande pauvreté. Il découvre la technique de la perspective dans les tableaux hollandais.

1794/1804 : Selon la tradition japonaise qui veut qu'un artiste change de nom à chaque étape de sa carrière artistique, il devient Söri.
Son style s'affermit et change radicalement. Il cesse la production d'estampes bon marché en série et illustre des recueils de poèmes-bouffe.
Il s'illustre dans la production de surimono, des estampes luxueuses et livre ses premières peintures. Il est de plus en plus célèbre grâce à son inventivité et son remarquable coup de crayon.

Un surimono - Le Premier Thé de l'année
Résultat de recherche d'images pour "hokusai surimono 1816 le premier thé de l'année"
Photo Internet

1816 
Gravure sur bois polychrome
dimensions 20.7 x 18.8 cm
Musée des Beaux-Ats Pouchkine
Moscou

1804 : Il peint un portrait géant de Daruma, fondateur du bouddhisme zen.  Le tableau mesurant 240 m2 est hissé jusqu'au toit du temple d'Edo pour que le public puisse l'admirer.

1805/1810 : il peint sous le nom de Katsushika Hokusaï et illustre des yomihon ( romans fleuves de style épique ou fantastique).

1814 : Il publie le premier volume de la Manga, une encyclopédie imagée du Japn. Il y aura cinq volumes.

1820 : il adopte le nom de Litsu

1830/1834 : il révolutionne l'art de l'ukiyo-e et la peinture paysage. Il publie ses plus belles estampes dont Trente-six vues du Mont Fuji qui fascinent les occidentaux.


Le mont Fuji à travers les pins de Hodogaya sur la route de Tôkaidô
1830-1832
de la série des trente-six vues du mont Fuji
Gravure sur bois polychrome 
Dimensions : 25.2 x 37.5 cm
Musée des Beaux-Arts Pouchkine
Moscou

Fin 1834-1836 Il s'installe dans la province de Suruga, au sud-est d'Edo et pubie un livre sur le Fuji concernant ses oeuvres. sous le nom de Gakyö Röjin Manji (le vieil homme fou de dessin)

1836 : Il subit la famine qui frappe le Japon depuis 1833 et échange des oeuvres contre de la nourriture.

1839 : son atelier est dévasté par un incendie.

1840/1849 : Hokusai fait un dessin chaque matin. Sa productions d'estampes diminue au profit de peintures pleines d'intensité et de mysticisme.

10 mai 1849 : Il s'éteint à l'âge de 88 ans. On estime qu'il a produit plus de 30 000 dessins.

(D'après le livre de Murielle Neveux : Hokusai le souffle du Japon)

Violette WR
Le 09 juillet 2018