samedi 21 novembre 2015

Les plumes d'Asphodèle n°46

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintoclouds

modalités en cliquant sur l'image

Les mots à placer :

Bercé - belle - gardien - lapin - destin - envolée - fermer - souffle - partage - quitter - s'abstraire - voyage - cavale - réchapper - chose - respirer, poète - nid - rêve - vie - doux - fugue - oiseau - imaginer - poudre - balles.


          Bercé par une fugue de Bach, un doux rêve éveillé, il s'efforce de mettre au fond de sa mémoire les douloureux moments. Son imagination de poète trouve mille rimes pour décrire la nature. Il regarde l'oiseau niché dans le citronnier frémissant sous le souffle du vent marin. Une envolée de sansonnets, un lapin de garenne au loin, des nids haut-perchés dans les chênes millénaires, tant de belles choses de la vie qui embellissent la faune et la flore si inspiratrices. 
          Il ne peut cependant s'abstraire totalement de ce qu'il a vécu  deux jours plus tôt. Il respire à plein poumons pour calmer son angoisse encore présente. 
     Il était en retard pour rejoindre ses amis à leur restaurant habituel. Il ne se doutait pas du danger évité. Le départ pour l'au-delà n'était pas loin. Il a évité la cavale pour la sauvegarde de sa vie. Il avait entendu siffler les balles, crier les pauvres gens blessés. Au coin de la rue il était tétanisé, incapable de marcher devant le spectacle effrayant! Premier réflexe, il ferma les yeux. Il quitta cependant sa cachette pour aider une jeune-fille qui courait vers lui. Il l'aida à s'abriter sous une porte cochère hors de la vue des terroristes.
          A retardement il ressent de la culpabilité. Pourquoi ? Il est là, vivant alors que tous ses amis sont morts.  Où donc était la protection tant prônée par le gouvernement ? La surveillance tant rabâchée !  Toujours de la poudre aux yeux!

Violette dame mauve le 21 novembre 2015
       

30 commentaires:

  1. Inspiration du moment... c'est bien raconté, saisissant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les événements tragiques étaient présents, difficiles d'y échapper.

      Supprimer
  2. Il était décidé que ce n'était pas son heure...
    Marlaguette

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    Un bon ressenti, la route du destin a des misères que nous ne maitrisons pas.
    Bonne journée
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'inspiration était dirigée par la tragédie du moment.
      Bisous

      Supprimer
  4. La fiction et la réalité si proches, et si douloureuses.

    RépondreSupprimer
  5. "Il respire à plein poumons pour calmer son angoisse encore présente." continuons comme lui, à respirer, à vivre plus que jamais....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il faut non pas essayer de vivre normalement, mais réellement continuer à vivre comme avant la tragédie. Rester libre de nos pensées.

      Supprimer
  6. Un traumatisme qui perdurera sûrement, des images qu'il ne pourra effacer de sa mémoire mais qui l'aideront à regarder la vie autrement. Je l'espère pour ton héros, le type même de ceux qui l'ont été cette nuit-là, ces anonymes qui ont fait les gestes qu'il fallait faire, car il y en a eu beaucoup. Triste réalité rappelée ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La réalité était trop présente pour ne pas l'unir à ce texte.

      Supprimer
  7. Et oui, s'évader un instant fait du bien. la culpabilité est une chose bien réelle; mais doit s'arrêter là, et ne pas en rendre d'autres responsables. Je pense que tout un chacun, fait ce qu'il peut, à son échelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup ont essayé d'aider et leur impuissance du moment taraude un peu leur esprit.

      Supprimer
  8. ce n'était pas son heure mais il a vu un spectacle horrible qui l'aura traumatisé à vie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le traumatisme s'atténue au fil du temps et ne fait pas les mêmes dégâts chez tout le monde.

      Supprimer
  9. inspirée par ces attentats Violette-
    un petit coup de gueule en passant- c'est bien !!
    bonne soirée de samedi- ici il fait plus froid !! si si avec du vent-
    gros bisous- ce soir l'o à la bouche--- pas Perpi au Napoli !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous irons ensemble au Napoli quand j'aurai digéré tout ce que j'ai mangé ce week-end à Paris!

      Supprimer
  10. On sent le besoin de dire, le besoin de crier, comme our apaiser ta peur..........Bravo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun réagit à sa façon mais une peur non extériorisée peut avoir de graves conséquences.

      Supprimer
  11. L'attendent maintenant les angoisses, le sentiment de culpabilité des survivants. Pas facile non plus.

    RépondreSupprimer
  12. Pas toujours facile, y compris pour ce poète, de retrouver le fil de son écriture après avoir vécu un événement aussi douloureux.

    RépondreSupprimer
  13. Un seul événement, et des sensibilités très différentes qui donnent des textes variés et magnifiques.
    La tristesse est immense mais nous devonsgarder en nous la joie de vivre dans un pays libre et en PAIX.
    Bisous célestes
    ¸¸.•*¨*• ☆

    PS: qui est marina Chili ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marinachili est mon pseudo composé d'un prénom qui m'est cher de par son vécu et un pays qui concerne un ami qui m'a poussée à écrire mon premier roman qui se passe entre France et Chili.

      Supprimer
  14. Comme toujours la poudre aux yeux est efficace tant qu'il ne se passe rien. ;-) Très réaliste et un bel hommage aux victimes de l'absurdité fanatique. :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les événements font la une et ensuite disparaissent dans la multitude de mauvaises nouvelles.

      Supprimer
  15. Je viens tardivement continuer mon tour des blogs. J'ai ressenti aussi de mon coté le besoin de poser quelques mots écrits sur cette douleur et faire appel au poète...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'on ne pouvait passer sur ce pénible sujet. merci de ta visite.

      Supprimer