vendredi 28 mars 2014

Vitrine des souvenirs - incompréhension suite 2


Tous les épisodes précédents  en cliquant sur l'image


Incompréhension suite 2


          Que lui voulait cette femme inconnue agitant les bras en hurlant :

          - Monsieur vous avez oublié votre sacoche sur le toit de votre voiture !

          Il la remercia gentiment. Décidément ce n'était pas une bonne journée!

          Du coup il fit marche arrière et se gara.  Des images du passé revenaient en masse. Cet incident lui rappelait celui de 1970. Ce jour-là, il disait au revoir à Serena après une visite chez ses parents quand il regarda dans le rétroviseur et vit la jeune fille gesticuler avec la sacoche à la main.

          C'est lors de cet incident qu'il s'aperçut que Serena avait les yeux rouges, comme si elle avait pleuré. La réunion de famille s'était pourtant bien passée et dans une ambiance détendue. Il lui fit signe de monter dans la voiture :

          - Qu’as-tu ma chérie ? Tes parents ont-ils des objections quant à notre relation ?

          Non, le problème était ailleurs. Elle venait d'apprendre... qu'elle était enceinte. Nelson accusa le coup puis :

                     - Et bien nous allons nous marier…

          Ce n'est pas ainsi que Serena imaginait la demande en mariage, surtout pas comme une obligation.
          
          - Mon amour, nous y avions pensé, nous le ferons juste un peu plus tôt que prévu. Dans le fond c’est une bonne nouvelle.

          Après ce dernier coup de théâtre, il lui proposa d’aller boire un verre au centre ville. Assis à la terrasse du bar de l’Esplanade, ils devisaient gentiment sur les modalités de la cérémonie quand il y eut de l’animation dans la rue ! Les badauds, tels des abeilles attirées par le miel, s’agglutinaient autour de deux chauffeurs en train de se battre. Quelle manifestation de brutalité pour un simple accrochage ! Il n’y avait pas de blessé, juste des dégâts matériels ! Cela provoqua un embouteillage sur le bitume et s’en suivit la grogne d’un conducteur de bus dont les passagers néerlandais se retrouvaient interrompus dans leur visite de Metz.

          Serena, complètement indifférente au problème, proposa d'aller ailleurs, elle supportait de moins en moins le paysage urbain. Même l'esplanade regorgeait de monde, c'était la cohue partout. C'est pourquoi, dès qu'elle le pouvait, elle prenait  la fuite vers la campagne. Une ballade au jardin botanique serait mieux que de battre le pavé entre les immeubles en béton. la sérénité du parc floral l'attirait depuis toujours, beaucoup de souvenirs l'y rattachaient. Comme à l'époque de son adolescence, elle aimait flâner au milieu des fleurs multicolores et odorantes.

          Un coup de klaxon strident fit chuter Nelson dans la réalité du présent. Mal garé, il prenait deux places de parking! Il haussa les épaules et démarra. Tandis qu'il passait près de la gare et remontait la rue aux Arènes, la sonnerie de son mobile retentit. Il devait se rendre à l'Hôtel de Police en urgence. Il enragea car le commissariat se trouvait non loin de la cathédrale et maintenant il devait faire demi-tour alors qu'il était presque chez lui.
                   
          - Reconnaissez-vous cette écriture ?

Nelson lut avec effarement la lettre que lui tendait le commissaire Perlicchi :
         
          Nelson est pourri, si vous croyez qu’il ignore où se trouve sa femme, vous faites erreur. C’est un menteur patenté, un instable constant. Serena voulait divorcer…. Renseignez vous auprès de son amie d’enfance…

          Une source sûre

          Evidemment en parfait anonymat !

Dame mauve le 28 mars de l'an 2014

les mots imposés par :
N°25

Voiture - rue - immeuble - abeilles - théâtre - anonymat - animation - visite - pavé - parc - bitume - bus - fuite - flâner - embouteillage - urbain - gare - cohue - chuter - constant/ce

19 commentaires:

  1. L'enquête avance à ce que je vois.

    Gros bisous à vous deux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pau à peu... Attendons les prochain mots.
      Bisous à vous deux

      Supprimer
  2. L'histoire s'étoffe de semaine en semaine. Très bien la façon que tu as eu d'utiliser les mots...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mots sont la poursuite de l'histoire c'est pourquoi je ne sais pas encore où je vais...

      Supprimer
  3. Eh bien !!! Nelson a l'air dans le pétrin ! ça se précise...

    RépondreSupprimer
  4. aha! on se demande comment il va s'en sortir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne le sais pas encore non plus.... J'attends les prochains mots!

      Supprimer
  5. une lettre anonyme n'annonce jamais rien de bon

    RépondreSupprimer
  6. un nouveau rebondissement ...Et dire que le destin de Nelson est à la merci des mots .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que tout est à la merci des mots. La suite sera épique

      Supprimer
  7. Attitude un peu bizarre de Nelson, non?

    RépondreSupprimer
  8. Toi aussi tu as choisi un texte à suivre... Excellent pour ferrer le lecteur ;0)

    RépondreSupprimer